Accueil > Actualités > Se mettre à nu mais s’exposer Tunisie

Se mettre à nu mais s’exposer


Le 03 Juin 2019


La première fois. Oser a peine regarder. Se regarder. Frôler par peur de toucher. Respirer profondément, sentir et enfin ressentir. C’est fait ! Vous avez envoyé un e-mail à vos amis proches annonçant l’heureux événement. Dans le coin supérieur gauche, un trombone signale une photo de votre ventre rond. Soudain, l’angoisse. Ils vont vous voire nue ! Vite chercher à effacer. Trop tard. Vous pensiez bien faire. Vous aviez envie de crier par la fenêtre que ce corps qui change est le vôtre. Maintenant vous demandez comment vous avez pu être aussi naïve. Vous qui ne postez jamais de photo de vous sur Internet.

Qui collectionnez les paréos pour ne pas trop paraître au bord de la piscine. Quelle image vont-ils avoir de vous ? Une première réponse, des félicitations. Une deuxième, puis une troisième, chacun y va de sa plume. Vous voilà rassurée. Reste à l’annoncer à vos parents.

La première fois, c’est toujours perturbant. Le doute se mue en perfectionnisme. Pour autant qu’il ne se transforme pas en barrière psychosomatique, il requiert de la patience pour se laisser dompter. Beaucoup ont l’impression de faire un saut dans le vide, de lâcher prise, de se sentir dépouillé. En communication comme sur la plage, c’est à vous de choisir ce que vous allez montrer aux gens qui vous entourent. La différence entre une naturiste et une strip-teaseuse, c’est que l’une vit nue alors que l’autre expose sa nudité.

Encore aujourd’hui, j’ai le trac à l’énonce d’une idée pour un projet. Je relis trois fois un texte avant de le publier sur les réseaux sociaux. Et souvent, j’y reviens et le corrige après coup. On fait des choix et ceux-ci trahissent notre état d’esprit. Le ton utilisé, les mots qui coulent ou s’entrechoquent, le visuel teinté de nostalgie ou bien avant-gardiste...

Notre communication nous met à nu, parfois. Au début, certainement avec l’expérience, on parvient à définir à l’avance le profil qu’on rendra public. On s’expose sous contrôle.

Il m’arrive fréquemment de devoir rassurer des porteurs de projet lorsqu’il s’agit de passer à l’action.

• Tu crois que c’est bon la ?
• Oui, dans deux mois, tu annonces a tes publics cibles l’existence du projet que tu prépares en secret depuis si longtemps.
• Mais je vais quand même pas leur envoyer des vidéos ?
• Si, tu vas leur montrer et même leur expliquer.
• Et si je me limitais juste à une phrase par litre ?
• Non, tu ne dois pas craindre de trop en dire.
• Tu es certain qu’il n’y a pas d’autres solutions ?
• Non, si tu veux qu’ils apprennent ce que tu fais, tu dois un jour sortir de l’ombre.
• Finalement, cela peut attendre, non ?
• Franchement, la tu exagères !


Lorsqu’on communique, on propose un certain regard sur son projet. On lève un peu le voile sur ce qui fait sa singularité. On s’en sert pour attirer les projecteurs. Cela reste du jeu de lumières. Quand on s’expose, on profite de l’instant voulu. On se sert de ce qui est montré comme d’une armure. Elle est à la fois notre visibilité et notre protection. Ce qui se cache derrière nous appartient. Nul n’est tenté de passer à travers. On se contente mutuellement d’imaginer l’envers.

Jérôme RAMACKER
52 remèdes à l’incommunication.



A LA UNE



Trophée de la Journée Mondiale de la Qualité

Partenaires Certification

Contact

Tél : +216 71 820 749
Fax : +216 71 820 689
Mob : + 216 26 526 100
Email :
   news@forumqualite.com
Statistique de visiteurs
» 1 En ligne
» 2 Aujourd'hui
» 147 Hier
» 327 Semaine
» 1863 Mois
» 26444 Année
» 50877 Total