Accueil > Actualités > Une science abstraite Tunisie

Une science abstraite


Le 15 Avril 2019


La communication n’est pas à proprement parler une science, il ne convient pas de la considérer comme ensemble de connaissances, car en réalité elle transpose les savoirs d’un ensemble a un autre. Elle se retrouve dans chacun d’eux. La communication permet de comprendre le monde, tous les mondes. Elle est l’oxygène et l’apesanteur des sciences.

Pour autant, la communication n’est pas un concept éloigné de la réalité, ni indépendant de celle –ci. On a beau répéter les schémas des grands théoriciens, inventer de nouveaux termes à nos pratiques instinctives : la communication demeure un principe de fonctionnement humain. Et même de tout être vivant. Elle est vivante.

Est-ce que les végétaux communiquent ? Physiquement peut être, les racines et les feuilles sont en contact avec d’autres éléments de leur environnement. Des réseaux s’entremêlent pour leurs survies communes. Si la nature a inspiré bon nombre de communicateurs, les arbres ne parlent pas encore notre langue. La langue qui représente le monde pour tenter de l’expliquer (puisqu’ils n’en ont pas besoin). Celle qui correspond au cycle de l’émetteur et du récepteur (puisqu’ils n’en ont pas besoin). Celle qui correspond au cycle de l’émetteur et du récepteur (puisqu’ils sont les deux à la fois). Celle qui se définit comme marqueur de supériorité.

Rendre abstrait un principe vivant revient à la condamner à l’isolement. Par la petite fenêtre de la cellule, des spécialités en blouse blanche l’observant et analysant ses moindres faits et gestes. La cantonner ainsi à ce qu’elle est l’émèchera d’évoluer. Elle deviendra une langue morte.

Pourquoi défendre l’idée d’une communication vivante ? Parce que l’art et la manière ont subi des métamorphoses siècles après siècles. On a abandonné l’usage des pigeons voyageurs au profit de la fibre optique.

Et en même temps on utilise à nouveau des images pour raconter sa journée, comme sur les murs antiques. Il faut sans cesse s’imprégner des usages pour un tirer une stratégie promotionnelle...qui ne sera déjà plus valable dans quelques mois. Certains la subissent sans trop réagir. D’autres en prennent conscience et la vivent pleinement. Je fais partie de la seconde catégorie. Celle qui s’émerveille chaque jour des petits riens comme des révolutions sourdes. Pour le plaisir de voir les interactions se déplacer du papier à lettre à l’écran tactile. La main ne danse plus à l’ancre cursive, elle sautille dans un espace rectangulaire.

Les jeunes démodent les innovations de la génération qui les a précèdes. Sans complexe et sans se dire qu’ils manquent peut-être quelque chose. Faites un pas de côté. Réservez un an, cinq ans, douze ans en arrière. Auriez-vous communiqué de la même façon ?

A l’époque de mon premier emploi, au siècle dernier, nous n’avions pas les réseaux sociaux pour stimuler une communauté autour d’un projet. Je venais de m’acheter mon premier téléphone portable, petit et rouge. Les ordinateurs étaient de grosses machines lourdes à porter.

Sur internet, la messagerie instantanée et les forums nous tenaient en haleine. Il n’était pas possible de faire pause lorsqu’on regardait la télévision. Le faux était le canal officiel pour le communiqué de presse.

On prenait encore le temps d’attendre et on respectait les rendez- vous fixés. Je n’ai pas l’impression d’avoir mal communiqué. J’ai vécu l’évolution de la communication comme j’ai regardé un enfant grandir à mes cotes. Jour après jour.

Jérôme RAMACKER
52 remèdes à l’incommunication.



A LA UNE

Ils ont dit …



Trophée de la Journée Mondiale de la Qualité

Partenaires Certification

Contact

Tél : +216 71 820 749
Fax : +216 71 820 689
Mob : + 216 26 526 100
Email :
   news@forumqualite.com
Statistique de visiteurs
» 1 En ligne
» 73 Aujourd'hui
» 103 Hier
» 569 Semaine
» 3014 Mois
» 14444 Année
» 38877 Total